Critiques des salons

Le retour des moissonneurs

Le retour des moissonneurs

Identifiant

P1853-7

Titre

Le retour des moissonneurs

Technique

Huile sur toile

Signature

Signé, daté en bas à droite Jules Breton 1853

Dimensions

154 x 193,5 cm. (72 1/2 x 76 1/3 in.)

Localisation

localisation actuelle inconnue

Sujet

Œuvre en rapport (voir P1852-3 de ce catalogue)

Conçu lors d’un séjour à Saint-Nom-la-Bretêche, le peintre dû continuer ce tableau à Paris et, de ce fait, se contenter de « modèles de profession » (cf : Breton, 1890, pp.212-213). Premier sujet rustique de Jules Breton, Le retour des moissonneurs apparaît comme une œuvre de transition venant à la suite de ses études de paysages entreprises en 1851-1852. Si l’influence de Léopold Robert, plus particulièrement dans La hâlte des moissonneurs dans les Marais Pontins, 1830 (Paris, Salon 1831) (Musée du Louvre) est visible ici dans les figures d’hommes du premier plan et a été d’ailleurs souvent remarquée par les critiques de l’époque, une lithographie des années 1820-1830 n’est sans doute pas été étrangère à la conception de ce tableau et à sa dynamique. Il s’agit ici de l’une des quatre lithographies représentant les saisons et qui faisaient partie du cadre quotidien de Jules Breton, dans sa chambre d’enfant à Courrières : L’Eté (0,456 x 0,388 m.) dessinée par Martinet et gravée par Jazet (fig. ). (France, collection particulière)

Source

Lettres de Jules Breton à Boniface Breton, 26 janvier, 15 mai et 21 juillet 1853

Provenance

Acquis par la famille Feyerick, à l’Exposition des Beaux-Arts organisée par la Société Royale pour l’encouragement des Beaux-Arts à Gand, août-septembre 1853 (par tirage au sort)
Denise de Hemptinne, Sint-Martens-Latem, Belgique fille de Jacques Feyerick, jusqu’en 2002 son fils, collection particulière (Connecticut)
Vente Sotheby’s New York, 26 octobre, 2004, lot 45

Expositions

Paris, Salon de 1853, n°174* 
Gand, Exposition des Beaux-Arts de la Société d’encouragement des Beaux-Arts, août-septembre 1853

*Assez curieusement les dimensions indiquées dans les registres du Salon -archives du Louvre KK22-sont de 0,950 x 2,150. Il semble qu’il s’agisse d’une erreur car les proportions seraient très différentes

Bibliographie

Hustin, A., « Jules Breton », L’Estafette, 1er novembre 1880, np

Montrosier, E., Les Artistes modernes, Paris, Launette, vol III, 1882, p.51

Montrosier, « Jules Breton », Grands peintres français et étrangers, ouvrage d’art publié avec le concours artistique des maîtres, Paris, H. Launette, vol. 1, 1884, p.39
Chaumelin, M., Portraits d’artistes. E. Meissonier. J. Breton, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1887, p.73 et cat. p.91, n°3
Belina, A.-M. de, Nos peintres dessinés par eux-mêmes, Paris, E. Bernard, 1888, p.405
Breton, J., La vie d’un d’artiste : art et nature, Paris, Lemerre, 1890, pp.212-213
Claeys, Pr., Les expositions d’Art à Gand 1792-1892, publié par la Société Royale pour l’encouragement des Beaux-Arts, Gand, 1892, p.85

Monnecove, F., « Dans les ateliers. M. Jules Breton », La Revue Septentrionale, 1er décembre 1895, p.34
Marguillier, A., « Jules Breton par Marius Vachon », Gazette des Beaux Arts, Janvier 1899, T.21, 3ème période, p.85
Doucet, J., Les Peintres français, Paris, 1906, librairie Felix Juven, pp.199-200

Gauthiez, P., « Jules Breton, peintre et poète », Les Lettres et les Arts, Paris, avril 1889, p.105
Marcel, H., La peinture française au XIXe siècle, Paris, A. Picard et Kaan, 1906, p.218, fig.84, p.218

N.s., « Jules-Adolphe-Aimée-Louis Breton », Masters in art, 1907, p.26, sous le titre Return of the harvesters
Benedite, L., La peinture au XIXème siècle, d’après les chefs d’œuvre des maîtres et les meilleurs tableaux des principaux peintres, Paris, E. Flammarion1909, p.104
Thieme, U., und Becker, F., Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler, Leipzig, Thieme, U., und Becker, F., Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler, Leipzig, 1910, p. 589
Gabriel-Ferrier, M., Notice sur la vie et les travaux de M. Jules Breton, lue au cours de la séance du 12 décembre 1910, de l’Académie des Beaux-Arts, Paris, A. & J. Picard, 1910, p.7
Saunier, Ch., Anthologie d’Art Français – La Peinture au XIXème siècle, t.2, Paris, Larousse, vers 1911, p.151
Fidell-Beaufort, M., « Fire in a Haystack by Jules Breton », Bulletin of the Detroit Institute of Arts, vol.57, n°2, 1979, p.56
Weisberg, G.P., The Realist Tradition: French Painting and Drawing 1830-1900, Cleveland, the Cleveland Museum of Art in cooperation with Indiana University Press, 1980, p.275
Weisberg, G.P., « Jules Breton’s The Gleaners of Courrières: A Traditional Aspect of Regional Life », Arts Magazine, vol.55, January 1981, p.104, fig.I
Sturges., H., Jules Breton and the French Rural Tradition, Omaha, Joslyn Art Museum in association with the Arts Publisher, Inc., New York, 1982, p.40, fig.11, p.41

Boime, A., « The second empire’s official Realism » in dir. Weisberg, G.P., The European Realist Tradition, Bloomington, Indiana University Press, 1982, p.98
Dir. Le Nouëne, P., Boime, A., Douce La Salle S., Exigences de réalisme dans la peinture française entre 1830 et 1870, Musée des Beaux-Arts de Chartres, 5 novembre 1983-15 février 1984, p. 116
Weisberg, G.P., « Jules Breton, Léopold Robert and the Poetic Vision of Rural Life » in Sturges, H., The rural vision: France and America in the late nineteenth century, Omaha, Nebr.: Joslyn Art Museum: Distributed by the University of Nebraska Press, 1987, p.47-48, fig 32

Drost, W. & Hennings, U., Théophile Gautier, Exposition de 1859, Heidelberg, 1992, p.116
Bourrut Lacouture, A., Jules Breton (1827-1906), La Chanson des Blés, Paris,Editions d’Art Somogy, 2002, p.71, fig.13

Waller, S., « Rustic Poseurs : peasant models in the practice of Jean-François Millet and Jules Breton », Art History, vol 31, avril 2008, pp.190, 194

Droits : Courtesy of Sotheby's
Date : 1853

Did you like this? Share it!