Critiques des salons

Le Rappel des Glaneuses

Le Rappel des Glaneuses

Identifiant
P1859-1

Titre
Le Rappel des Glaneuses

Technique
Huile sur toile

Description
Signé et daté en bas à droite Jules Breton Courrières 1859

Dimensions
90 x 176 cm. (35 1/2 x 69 1/4 in.)

Localisation
Musée d’Orsay, Paris, Inv. MI 289

Sujet
Œuvres en rapport (voir P1855-20; P1857-27; P1858-11; P1858-12; P1858-13; P1858-14; P1859-2; P1859-3; P1859-4; P1859-18 de ce catalogue)

Un certain nombre de travaux en rapport dont deux assez importants, bien que non signés, laissent penser que la recherche de composition s’est faite en plusieurs étapes et a pris, petit à petit, des proportions et un nombre de personnages plus étendus. N’oublions pas que Jules Breton a commencé à travailler à ce sujet dès son retour de Marlotte en 1857 où l’avait frappé la scène suivante évoquée dans Un Peintre Paysan : « […]La terre brune et chaude encore, semblait prise d’un voluptueux frisson. Et voici qu’une fille passa, grande et droite, dans un ton adorablement froid sur l’air fauve, les contours baignés de lumière. Et j’entrevis en imagination mes groupes de glaneuses […]» Il semble très vraisemblable qu’un groupe de trois glaneuses principales, suivi de quelques autres, titré Glaneuses (voir no. P1859-4 de ce catalogue) ait été un premier projet de composition repris dans le suivant (voir no. P1859-3 de ce catalogue) en l’élargissant par un certain nombre de figures annexes. Ces toiles ne sont pas traitées, surtout pour le paysage, pourtant très identique à la facture du Salon, de façon aussi finie que le sont généralement les répliques de certains motifs de tableaux de Salons. Le traitement, surtout du tableau est d’une facture qui rejoint davantage les travaux des années 1860. D’autre part, comme certains travaux préparatoires, elles ne sont pas signées. Le garde-champêtre, à gauche, (justifié par le titre lui-même du tableau !) et les glaneuses accourant à droite ont pu n’apparaître que pour la version définitive. Les rares travaux préparatoires retrouvés, en dehors de ceux cités plus haut, sont, soit des figures seules comme la vigoureuse étude de la glaneuse de gauche du motif central (voir no. P1859-2 de ce catalogue), soit celle de droite (voir no. P1858-12 de ce catalogue) ou un dessin croquis du motif central augmenté de deux glaneuses se baissant à droite et à gauche. Un brouillon de lettre d’Élodie Breton du 18 décembre 1906 (archives des descendants du peintre) en réponse à Moreau-Vauthier qui semble lui demander des renseignements supplémentaires pour le dossier du tableau du Luxembourg indique en post-scriptum : « […] la veille de l’envoi au Salon, mon mari a supprimé deux personnages à droite de la composition parce qu’il la trouvait trop compliquée ; on peut encore voir en examinant de près la toile, l’endroit où étaient ces personnages […] ». Elles apparaissent en effet, dans la partie du tableau au dessus de la signature. Modifications de dernière heure que l’on trouve aussi à la fin de la genèse des Communiantes (voir no. P1884-10 de ce catalogue).
Des quatre tableaux exposés au Salon de 1859, Le Rappel des Glaneuses semble être celui qui a réuni auprès des artistes le nombre de suffrages le plus important, selon Jules Breton lui-même et cela dès les 20 et 25 février 1859 : « […] tout le monde trouve un grand progrès. Ce sont décidément mes Glaneuses qui font le plus d’effet. Je suis très heureux que ce soit celui que j’ai fait en dernier, tout au moins celui que j’ai retravaillé et achevé en dernier » (Jules Breton à Élodie 20 février 1859). On retrouve ici cette impression de progrès permanent qui lui fait toujours penser que sa dernière œuvre est la meilleure. Impression partagée par bien d’autres artistes et non des moindres ! A quelques exceptions près – dont Castagnary, Mantz et Dumas, les critiques sanctionnent cette légère préférence pour une œuvre qui leur semble à la fois allier un sentiment très vrai de la nature et de la lumière de ce début de crépuscule avec des figures de glaneuses, dont celle du centre surtout, évoquent une noblesse digne de l’antiquité. Ainsi, Aubert, Astruc, de façon très perceptive, Lépinois et Dumesnil sont sensibles à ces deux aspects. Louis Auvray est charmé par le soleil couchant « favorable à la couleur toujours un peu grise, un peu monotone de cet artiste « rachetée » par une parfaite entente de la composition ». Si Delaborde met en premier Plantation, il ne peut s’empêcher d’admirer l’expression de la fin du jour « par le ton du ciel et par la lueur qui glissent sur le terrain depuis l’horizon jusqu’aux premiers plans du tableau, en contraste avec le porté d’ombre qui dessine en silhouettes vigoureuses les figures marchant le dos à la lumière », presqu’un trop grand contraste à son goût. Il est certain que cet effet de crépuscule est rendu de façon très intéressante et très vrai. Si, curieusement, Nettement et Cadol trouvent un trop grand réalisme au tableau et, pour le second, « des figures hideuses », en fait une certaine stylisation commence à se faire jour, chez le peintre à cette époque. Nul doute que les appréciations rapportées ci-dessus ont contribué à affermir l’artiste dans cette voie. On peut considérer, à ce point de vue, le Salon de 1859 comme une plaque tournante dans l’œuvre de Jules Breton.

Source
Lettres de Jules Breton à Élodie des 20 et 25 février, 7, 9, 15, 16, 17, 19, 20, 23, 26 juin, 14 juillet 1859
Lettres de Jules Breton à Boniface Breton des 18, 23, 25 février, 19, 21, 25 avril et 19 juin 1859

Provenance

Artiste à Napoléon III au Salon de 1859 (8.000 frs)
Donné aux Musées Impériaux pour le Luxembourg, 1862 
Musée du Luxembourg en 1862
Transféré au Louvre, 21 février 1920
Déposé au Musée d’Arras, 20 novembre 1926
Déposé au Musée d’Orsay, 1985

Expositions

Salon, Paris, 1859, n°409
Exposition Universelle, Paris, 1867, n° 84
Exposition Universelle, Œuvres d’Art et Manufactures Nationales, France, Vienne (Autriche), 1873, n°90, p.94
Catalogo de la esposicion de pintura Francesa Contemoranea 1870-1918, Madrid, Ministero des instruccion publica y Bellas Artes, 1918, n°30, ill.
Baudelaire, Paris, Petit Palais, 1968-1969, n°471, p.106
Le Musée du Luxembourg en 1874, Paris, Grand Palais, 1974, n°34, p.40, ill.p.41
Jules et Émile Breton, Musée des Beaux-Arts, Arras 1976-1977 (catalogue manuscrit par Françoise Maison)
Boutiques d’hier, Paris, Musée des Arts et Traditions Populaires, 1977, n°234, p.88
Paysages et paysans, la vie rurale en France au XIXe siècle 1820-1950, Pekin-Shanghai, 1978, pp.118-119
The Realist Tradition: French Painting and Drawing 1830-1900: a traveling exhibition held at Cleveland, Cleveland Museum of Art, 12 November 1980-18 January 1981, New York, Brooklyn Museum, 7 March-10 May 1981, Saint-Louis, St. Louis art museum, 23 July-20 September 1981, Glasgow, Glasgow art gallery and museum, 5 November 1981-4 January 1982, n°52, pp.86-86, ill. p.87
Exigences de réalisme dans la peinture française entre 1830 et 1870, Musée des Beaux-Arts de Chartre, 5 novembre 1983-15 février 1984, p.161, n°145, p.151, ill.
Images du travail, peintures et dessins des collections françaises, Biot, Musée National Fernand Leger, 6 juillet- 7 octobre 1985, p.118, ill. p.119
Paysages, paysans: l’art et la terre en Europe du Moyen-Age au XXe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 25 mars-26 juin 1994, n°156, pp.198-199 ill.
Impressionnisme/les Origines, 1859-1869, Paris, Galerie Nationale du Grand Palais, New York, The Metropolitan Museum of Art, 1994-1995, n°20, pp.341-342
Budapest, 1869 – 1914: Modernité hongroise et peinture européenne, Musée des Beaux-Arts de Dijon, 2 juillet- 8 octobre 1995, n°159, pp. 304-305, ill.
Tranches de vie, le naturalisme en Europe 1875-1905, Anvers, Musée Royal des Beaux-Arts, 4 novembre 1996- 6 février 1997, n°11, pp.77-78
De Poussin à Cézanne, 300 ans de peinture française, Tapei, National Palace Museum, 15 novembre 2001- 20 février 2002, pp.171-171, ill.
Jules Breton (1827-1906), La Chanson des Blés, Arras, Musée des Beaux-Arts, 6 mars-2 juin 2002, Quimper, Musée des Beaux-Arts, 15 juin-8 septembre 2002, Dublin, National gallery, 25 septembre-15 décembre 2002, n°26, p.239, ill.p.87
La dignité des humbles: Jean-François Millet et le naturalisme en Europe, Tokyo, Bunkamura Museum of Art, 10 avril-13 juillet 2003, Fukuoka, Fukuoka Art Museum, 24 juillet -26 septembre 2003, n°31
Millet and his Time : Masterpieces from the Musée d’Orsay, Taipeï, Taïwan, Province de Chine, 2008
Réalisme. La symphonie des contraires, Lens, Fondation Pierre Arnaud, 20 décembre 2014 – 19 avril 2015, ill. pp.114-115, p. 232

L’argent dans l’art , Paris, Monnaie de Paris ,30 mars -24 septembre 2023, cat 45

Bibliographie

Astruc, Z. Les 14 stations du Salon, 1859, suivies d’un récit douloureux, Paris, Poulet-Malassis et de Broisé, 1859, pp.228-229
Aubert, M., Souvenirs du Salon de 1859, Paris, Jules Tardieu ed., 1859, pp.179-180
Auvray, E., Exposition des Beaux-Arts : Salon de 1859, Paris, librairie d’Alphonse Taride, 1859, p.41
Baudelaire, C., Salon de 1859, in Baudelaire, C, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1985-87, t.II, p.1077.
Belloy, A. de, « Salon de 1859, III », L’Artiste, 1er mai 1859, p.5
Cadol, E., « Revue du Salon », VII, L’Univers Illustré, 4 juin 1859, p. 214
Cantrel, E., « Salon de 1859, voyage en zig-zag à travers l’Exposition, VII », L’Artiste, 26 juin 1859, p.132
Chaud-de-Ton, « Salon de 1859 », La Vérité Contemporaine, 25 Mai 1859, p.3
Chesneau, E., « Libre étude sur l’art contemporain. Salon de 1859 », Revue des races latines, Paris, 1859, t. XIV, p.42
Delaborde,H., « L’art français au Salon de 1859 », Revue des deux Mondes, t.XX1, 1 juin 1859, pp.514
Delécluze, E.J.,  « Le Salon de 1859 », Journal des Débats, 27 avril & 18 mai 1859
Du Camp, M. Le Salon de 1859, Paris, Librairie nouvelle, 1859, p.37
Dumas, A., L’Art et les artistes contemporains au Salon de 1859, Paris, Librairie nouvelle, 1859, pp.53-54
Dumesnil, H., Salon de 1859, Paris, Renouard, 1859 p.32
Du Pays, A.J., L’Illustration, 25 juin 1859, huitième article, p.459-462
Gabrielis, F., Le Moniteur des Arts, 23 avril, p.195 & 18 juin 1859, p.250
Gautier,Th., Le Moniteur Universel, 7 juillet 1859, p.1 
Houssaye, A., « Salon de 1859 », Le Monde Illustré, 23 juillet 1859, p.55, 58
Jourdan, L., « Le Salon de 1859 », Le Siècle, 29 avril 1859, p.1
Jourdan, L., Les Peintres français au Salon de 1859, Paris, Librairie nouvelle, pp.26-27
Lépinois, E. de, L’Art dans la rue et l’Art au Salon, Paris, Dentu, 1859, p.149-150
Mantz, P., « Salon de 1859 », Gazette des Beaux-Arts, 2ème livre, Juin 1859, pp.286-287 Ill.p.289
Mac Vernol, « Salon de 1859 », Le Monde Illustré, n°123, 20 août 1859, p.117
Perrier, Ch., « Le Salon de 1859 », Revue contemporaine, 2eme série, tIX, 1859, p.311
Rousseau, J. , « Salon de 1859/Breton », Figaro, 17 mai 1859, p.6
Saint-Victor, P. de, La Presse, 28 mai 1859
Stevens, M., Impressions d’une femme au Salon de 1859, Paris, Librairie Nouvelle, 1859, p.88
Nettement, A.,Poètes et artistes contemporains, Paris, Jacques Lecoffre et cie, 1862, p.361
Merson, L.O. « Beaux-Arts, M. J. Breton », in L’Exposition Universelle de 1867 Illustrée, Paris, 1867,vol.2, n°42, p.187
Montifaud, M. de, « Salon de 1867 et Exposition Universelle », L’Artiste, 1er mai 1867, p.246
Ménard, Le Monde vu par les Artistes, Paris, Delagrave, 1881, p.979, fig.789
Montrosier, Les Chefs d’œuvre d’art au Luxembourg, Paris, Baschet, 1881, p.189
Montrosier, E., Les Artistes modernes, Paris, Launette, vol III, 1882, p.51
Heath, R., « Jules Breton, Painter and Poet », The Art Journal, 1884, vol.10, p.291, Ill.
Livret illustré du Musée du Luxembourg, 1884, p.88, ill

Montrosier, « Jules Breton », Grands peintres français et étrangers, ouvrage d’art publié avec le concours artistique des maîtres, Paris, H. Launette, vol. 1, 1884, p.40
Chaumelin, Portraits d’artistes, Paris, Lemerre, 1887, p.77

Chaumelin, M., Portraits d’artistes. E. Meissonier. J. Breton, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1887, pp.77-78, 87 et cat. p.91, n°9
Belina, A.-M. de, Nos peintres dessinés par eux-mêmes, Paris, Bernard et cie éditeurs, 1888, p.406

Cook, Cl., Art and Artists of our Time, New York, 1888, p.237 (à propos de ce que Millet disait de ce tableau, relaté par Ph. Burty)
Clarens, J.P., « Jules Breton, peintre et poète », Revue Littéraire et artistique, VIe année, n°58, janvier 1888, p.14
Hustin, A., « Jules Breton », L’Estafette, 1er novembre 1888 (non paginé)
Breton, J., La Vie d’un artiste, Art et Nature, Paris, A. Lemerre, 1890, p.240
Lefort, P. La peinture française actuelle, Paris, Librairie illustrée, 1891, p.60

Smith, G., « Jules Breton: painter of the peasants », The magazine of art, 1893, n°16, p.410, p.412 ill.

Musée national du Luxembourg, Catalogue des peintures reproduites en photographie inaltérable au charbon par la maison Ad. Braun & Cie, Braun Clément, 1895, p.3, n°13.220
Breton, J., Un Peintre paysan, Souvenirs et Impressions. Aube et crépuscule, paysages et campagnards, art et artistes. De la suprématie de l’École française, Paris, A. Lemerre, 1896, p.105-109
Bénédite, L., Le musée du Luxembourg, catalogue raisonné et illustré des peintures, sculptures, dessins…Paris, Libr.-Impr. réunie, 1898, p.12, n°36, ill.
Marguillier, A. « Jules Breton par Marius Vachon », Gazette des Beaux Arts, Janvier 1899, t.21, 3ème période, 1899, p.86
Vachon, M., Jules Breton, Paris, A.Lahure, 1899, p.142, ill. p.76
Marcel, H., La peinture française au XIXe siècle, Paris, Alcide Picard & Kaan ed., 1905, p.218

Cluit, F.E.,  « The Art of Jules Breton », Brush and Pencil, v. 18, Juillet-décembre 1906, Ill. p.106, sous le titre Les glaneuses
Doucet, J., Les Peintres français, Paris, librairie Felix Juven, 1906, p.202, ill.
Mourey, G., « Jules Breton 1827-1906 » Les Arts, 1906, p.36 
Benedite, L., L’Art et la Couleur, Les Maîtres Contemporains, Paris, Ed. Laurens 1907, n°4, pp.19-20, ill. coul.

N.S., « Breton », Masters in Art, Boston, Bates & Guild, Part 94, octobre 1907, p.38, sous le titre Return of the gleaners, ill. pl.VI
Gabriel-Ferrier, M., Notice sur la vie et les travaux de M. Jules Breton, lue au cours de la séance du 12 décembre 1910 de l’Académie des Beaux-Arts, Paris, 1910, p.9
Thieme, U.-Becker, F., Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler : von der Antike bis zur Gegenwart, Leipzig 1910, vol.V, p.589 
Saunier, Ch., Anthologie d’Art Français – La Peinture au XIXème siècle, t.2, Paris, Larousse, 1911-1912, p.151
Bénédite, L., Les musée du Luxembourg, les peintures, Paris, Paris, Libr.-Impr. réunie, 1912, p.29, n°73, ill.p.10
Maisonneuve, T., « Promenade au Luxembourg », Petit Echo de la Mode, 25 Février 1912, p.122
Brière,G., Catalogue des peintures exposées dans les galeries, Musée du Louvre, I, Ecole française, Paris, Musées nationaux, 1924, p.19, n°3024 
Sloane, J.C.,  French Painting Between the Past and the Present : Artists, Critics and Traditions from 1848 to 1870, Princeton, Princeton University Press, 1951, p.143, ill. fig.45
Baudelaire, Ch., Œuvres complètes, La Pleiade, 1961, p.1077 
Perruchot, H., « La gloire et le néant », Jardin des Arts, juin 1966, p.44, Ill. p.45
Calvet-Serullaz, A., « A propos de l’exposition Baudelaire : l’Exposition du Bazar Bonne-Nouvelle en 1846 et le Salon de 1859 », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1969, p.128
Ville d’Avray, C.de, « Jules Breton un peintre réaliste tempéré par un poète », La France agricole, 28 janvier 1977
Quick, M., « Homer in Virginia », Los Angeles Bulletin, 1978, p.73, fig.19
Weisberg, G.P., « Le retour des Réalistes », Connaissance des Arts, n°345, novembre 1980, p.64, ill.

Nochlin, L., « New York, the Brooklyn Museum, The realist Tradition, » Burlington Magazine, vol CXXIII, numéro 937,  Avril 1981, p. 267

Bezucha, R., « Being Realistic about Realism, Art and the Social History of Nineteen century France », in Weisberg, G.P., The European Realist Tradition, Bloomington, Indiana University Press, 1982, pp.1-10
« Réparer, Restaurer, Rénover », Sélection du Reader’s Digest, 1982, p.157
Théophile Gautier, L’art et l’artiste, Actes du colloque international, Montpellier, Université Paul Valery, Montpellier, société T. Gautier, 1982, p.137
Sturges, H., Jules Breton and the French Rural Tradition, Joslyn Art Museum, Omaha, 1982, p.14, Ill. fig.4
La Salle, D., « Représentations du paysan (1852-1870) », in Exigences de réalisme, Chartres, 1984, pp.134-155, Ill. p.151
Ferrier, J.L., « Exposition : Exigences de Réalisme », Le Point, 30 janvier 1984, p.15, ill. p.18
Le Roy-Ladurie, E., « Scène de la vie des pauvres », Le Nouvel Observateur, 12 octobre 1984, pp.108-109, ill.
Compin, I., & Roquebert, A., Catalogue sommaire Illustré des peintures du Musée du Louvre et du Musée d’orsay, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux1986 (notice par Elisabeth Foucart-Walter), ill., p.92
Mathieu, C., Guide du Musée d’Orsay, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1986, p.58, ill.
Le normand-Romain, A., « Une politique de regroupement des collections d’Orsay, retour de dépôts, attributions de l’État et dépôts consentis au musée », La revue du Louvre, Juin 1986, p. 409
Fourastié, J.F., Les écrivains témoins du peuple, Paris, Livre de poche, 1987, (Détail du Rappel des Glaneuses repris en illustration de la 1ère et 4ème de couverture)
Marchal, G.L., Wintrebert, P., Arras et l’art au XIXe siècle, Arras, 1987, pp.46-47
Ritzenthaler, C., L’école des Beaux-Arts du XIXe siècle. Les pompiers, Paris, Ed. Mayer, 1987, p.66, p.70 ill.
N.s. « Courrières d’hier et d’aujourd’hui, le groupe artistique Jules & Émile Breton », L’Echo Courriérois, novembre 1988, n°92, pp.8-9, Ill. p.9
Camard, F.& J.P., Orsay, Le goût d’une époque, Paris, Nathan 1989, pp.44-45, ill.
Rolet, F., « Jules Breton, le réalisme sans la réalité », La voix du Nord, 2 mars 1989, reproduit
Rosenblum, R., Les Peintures du Musée d’Orsay, 1989, p.125, ill.
Compin, I., Lacambre, G., Roquebert, A., catalogue sommaire illustré des peintures du Musée d’Orsay, Paris, Réunion des musées nationaux, 1990, t.I, p.92
Thomson R., Camille Pissarro, impressionism, landscape and rural labour, London, South Bank Center, 1990, fig.74, p.65
Mcquillan, M., Van Gogh, traduit de l’anglais par H. Méjean-Bernai, Londres, Thames & Hudson, 1990, p.27, fig.13
Hubert-Bare, A., The heritage of French cooking, Londres, Weldon Russell Publishing, 1991, p.202, ill.
Morello, G., Il Lavoro dell’uomo nella pittura da Goya a Kandinski, Milano, Fabri Editori, 1991, p.47, ill.
Drost, W. & Hennings, U., Théophile Gautier, Exposition de 1859, Heidelberg, 1992, pp.116, 317, 473 ill., n°85

Soubiran, J.P., Le paysage provençal à l’ecole de Marseille, avant l’Impressionnisme (1845- 1874),  Toulon, 1992, p.210, ill. 313
Cachin, F., Chefs-d’œuvre du musée d’Orsay, New-York, Paris, Londres,  ed. Abbeville, 1994, n°25 p.54
Dampérat, H., Mathieu, C., M., L’ABCdaire de Van Gogh, Paris, Flammarion, 1997, pp.38-39 ill.

Conrads, M., Winslow Homer and the critics, Priceton University Press with The Nelson-Atkins Museum of Art, 2001, p. 124
Coudert, A., « Jules Breton, le troisième homme», Art Actualités Magazine, avril 2002, p. 50, ill. 
Jover,M., « Jules Breton sortira-t-il du purgatoire ? », L’œil, avril 2002, p.83
Le choix de Vincent : le musée imaginaire de Van Gogh, Amsterdam, Musée Van Gogh, 14 février -15 juin 2003, fig. 85, p.89
Granger, C., L’Empereur et les arts, la liste civile de Napoléon III, Paris, École des Chartes, 2005, pp.484-485
Kosinsky, D., Van Gogh sheaves of wheat, Dallas Museum of Art, 2007, p.57, fig.3, p.59
Guéguan, S., Peinture, Musée d’Orsay, Paris, Skira-Flammarion, 2011, p.308, p.36 ill.
Le musée d’orsay à 360 degrés, Paris, Skira-Flammarion, 2013, p.74 ill.


Droits : Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Michel Urtado
Date : 1859

Did you like this? Share it!